mardi 31 juillet 2018

Est-ce que mes enfants sont VEGAN? Et quelques idées «recettes» pour les petits (et les grands)


C'est une question qu'on me pose souvent, directement ou indirectement. Et, tu vois, pour moi,  même si elle part généralement de bonnes intentions, cette question est un peu étrange. C'est un peu comme si on me demandait si mes filles (4 ans et 14 mois) sont écolos, féministes ou pour qui elles ont voté aux dernières élections.

Réponse courte: Non, mes enfants ne sont pas vegan, végétaliens, ... appelez-le comme vous voulez. Ils ne sont rien, en fait, à part eux-mêmes.


Crêpes à la farine d'avoine  et aux pépites de chocolat


Pour commencer, il y a le fait que si je ne veux pas me coller d'étiquette moi-même (appelez-moi mangeuse de plantes, à la limite, si vous voulez), c'est évident que je  n'en collerai pas à mes enfants. Je n'utilise presque jamais l'appellation vegan quand il s'agit de moi-même. Je consomme du miel, les objets que j'utilise au quotidien ne sont pas tous à 100% d'origine végétale, et puis je refuse désormais de me ranger dans une case, même si mon engagement par rapport à la cause animale reste inchangé. Je fais de mon mieux, au quotidien, pour limiter ma participation à la souffrance animale, voilà tout. 

Quant à mes enfants, je veux qu'ils aient tous les choix, toutes les opportunités que j'ai eues, et plus encore. Et ceci s'applique à tous les domaines de la vie.

Récemment, ma fille aînée commence à comprendre d'où viennent certains aliments et m'interroge. Elle me fait part aussi de ses réflexions - notamment qu'elle aime les animaux, qu'elle veut les caresser et non pas les manger. Je ne lui ai pas inculqué cette idée - je me suis contentée de lui expliquer qu'il y a des gens qui mangent des animaux et d'autres non et que chacun fait son propre choix. Que beaucoup de gens aiment le goût des animaux comme le poisson ou le poulet, ou alors ont simplement l'habitude d'en manger depuis leur petite enfance. Elle sait que je n'en mange pas et je sais aussi que ça l'influence forcément, mais elle voit aussi que son papa en mange et que je ne le juge pas pour autant.

Certains jours, elle est curieuse, elle regarde ce que mangent les autres, elle veut faire comme tout le monde. ça lui est déjà arrivé de manger du jambon, par exemple. Je ne sais pas du tout où la mèneront ses réflexions dans un avenir proche ou lointain - et cela me va très bien. Son chemin n'est pas tracé d'avance.

Mon but n'est pas de façonner des mini-moi.

Je ne vois pas les enfants comme des terres à cultiver dans lesquelles je sèmerais des graines, mais plutôt comme des petites germes à arroser - je voudrais leur permettre de devenir les personnes qu'ils voudront être, et ne pas les façonner à ma manière, les cuisiner à ma sauce, pour ainsi dire.

Le mot-clé dans l'éducation pour moi c'est la bienveillance, et je voudrais appliquer celle-ci à ce sujet épineux comme à tous les autres.

Je pense aussi que, lorsqu'on me pose des questions ou lorsque, au contraire, on m'observe en silence, ce qui sous-tend les interrogations (explicites ou implicites) c'est que je veux dérober l'existence de la viande, faire comme si elle n'existait pas. Alors que c'est tout le contraire: Je ne veux rien leur cacher, je veux plus  de transparence. Je veux qu'il sachent ce qu'ils mangent. Je veux que les gens qui les entourent parlent de "cochon" de "vache" de "poisson" au lieu de parler de "côtelettes", de "steaks", de "pavé de saumon". 

Je veux être complètement honnête: Dans un monde idéal, d'après moi, il n'existerait pas d'aliments d'origine animale. On n'exploiterait pas les vaches laitières en leur imposant une grossesse après l'autre, et en leur enlevant leurs bébés. On ne tuerait pas les poussins nés mâles le jour de leur naissance.


Lorsque j'ai lu le livre Eating animals et vu le documentaire Earthlings, je savais qu'il n'y aurait pas de retour en arrière: Je n'allais plus jamais pouvoir faire comme si je ne savais pas. Et puis, en-dehors de la cause animale, la faim dans le monde, l'état de notre planète et ma santé sont d'autres raisons importantes pour lesquelles j'ai choisi une alimentation végétalienne. Enfin, s'il n'y avait pas toutes ces (bonnes) raisons, il y a le fait que je ne me suis jamais sentie aussi bien.

En temps et en heure, quand ce sera le bon moment pour eux, mes enfants apprendront eux aussi toutes ces choses.

Pour l'instant, ce sont juste des enfants, juste des êtres humains, en somme, et en tant qu'êtres humains, ils peuvent très bien se passer de cases et d'étiquettes.

En attendant qu'ils grandissent et trouvent leur propre chemin, je veux surtout incorporer un maximum d'aliments sains dans leur alimentation - et, contrairement à beaucoup d'idées reçues, cuisiner des petits plats sains est vraiment à la portée de tous.


Et pour les jours où on n'a pas le temps de cuisiner, on sort les boulettes végétales délicieuses de chez Ikea de son congélateur😏


Voici donc, pour conclure cet article, quelques idées en vrac de petits plats/en-cas que je mitonne pour mes enfants. Ce ne sont pas des recettes, juste quelques pistes (l'internet débordant de recettes à portée de clic) 

Crêpes d'avoine avec pépites de chocolat (accompagnées de fraises/fruits rouges) J'ajoute de la cannelle et de la poudre à lever  -> photo au début de l'article

Pizza polenta avec sauce tomate, crème de noix de cajou* et légumes

Nouilles de riz à la sauce au beurre de cacahuètes (mélanger lait de coco, beurre de cacahuètes, sauce soja, sirop d'agave, citron... selon les goûts)

Galettes de lentilles rouges et bananes écrasées (former des galettes après avoir incorporé les bananes aux lentilles cuites et un peu de maïzena - épices selon les goûts)

Hummus fait maison (en mille et une variantes - je recommande le site Pickuplimes pour des recettes variées)

Soupe aux lentilles vertes, aux pommes, à la courge (épicée à la poudre de curry)

Pommes de terre/Patates douces fourrées  à l'avocat, aux haricots rouges et à la crème végétale (loaded baked potatoes)

Granola maison ou industriel avec yaourt végétal

Tortilla aux fruits et à la purée d'amandes (p.ex. tartiner la purée d'amandes sur une tortilla puis enrouler une banane dedans et découper le tout en rondelles)

Quiche au tofu (mélanger tofu et crème végétale au blender, puis incorporer des légumes à la poêle, des petits pois surgelés, des herbes...  à volonté-> étaler le tout sur de la pâte feuilletée ou brisée)

Dès de tofu trempés dans de la sauce soja (shoyu/tamari) puis roulés dans des flocons, de levure alimentaire (nutritional yeast) et rôtis à la poêle

Pois chiches rôtis au four (avec huile d'olive ou huile de pépin de courge et poudre d'ail)


*noix de cajou trempées dans l'eau pendant 2 heures puis mixées avec la même quantité d'eau (ajouter un peu de poudre d'ail, de sel, de citron ou de vinaigre de cidre)

Boissons:

shake chocolat omega 3 (bananes, lait végétal, poudre de cacao sans sucre ajouté, sirop d'agave, graines de chanvre, une cuillère de purée d'amande ou de beurre de cacahuètes)

smoothie à la banane surgelée et aux fruits frais-> texture glace 

smoothie vert** (un tiers de liquide, un tiers de bananes et de fruits, un tiers d'épinards)

**la couleur est verte mais le goût des épinards ne ressort pas du tout - les smoothies verts sont plutôt sucrés, surtout si on ajoute une plus grande proportion de banane.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez un petit mot, cela me fera bien plaisir!