dimanche 20 août 2017

L'allaitement- une affaire privée entre une maman et son bébé!


J'aimerais aujourd'hui aborder un sujet qui me tient très à coeur et dont, heureusement, on parle de plus en plus - sans toutefois qu'il soit encore assez rentré dans la norme, à mon avis. Lorsqu'on parcourt les forums de (futures) mamans, on voit souvent un potentiel de controverse qui a de quoi surprendre. En effet, s'agissant de quelque chose d'aussi naturel et d'aussi personnel que l'allaitement maternel, il est assez hallucinant de voir combien de personnes peuvent vous mettre des bâtons dans les roues lorsque vous souhaitez allaiter votre bébé.


J'ai hésité avant de poster cet article - comme toute personne qui écrit, j'ai parfois peur d'être mal comprise. Voilà d''ailleurs pourquoi je publie cet article plusieurs mois après l'avoir écrit. En reprenant ce texte, je me rends compte à quel point j'ai envie de le  partager.

***

Pour ma part, j'ai été chanceuse, à la naissance de mon premier bébé: l'allaitement s'est mis en place assez facilement, et malgré des douleurs et difficultés auxquelles est confrontée chaque débutante en la matière, je peux dire que je n'ai jamais eu à me demander si j'y arriverais ou s'il fallait que je trouve une alternative. Je n'avais pas prévu de plan B, pour moi le choix d'allaiter, c'était une évidence. Il est vrai que j'ai reçu beaucoup de soutien, à la fois de la part de mon mari et de la part des sages-femmes, et je suis convaincue que ce soutien a joué un grand rôle dans le succès de mon premier allaitement.

Toutes les femmes ne bénéficient pas d'un tel soutien, toutes les femmes ne profitent pas de circonstances favorables, beaucoup d'entre elles doivent renoncer, abandonner, souvent à grand regret. C'est surtout pour ces femmes que j'aimerais écrire cet article, parce que je pense à elles au moment où je m'apprête à donner naissance à mon deuxième bébé et où je suis (assez) confiante de pouvoir démarrer une deuxième fois la grande aventure de l'allaitement.

Je voulais créer ce post pour les femmes qui voudraient vraiment allaiter et tout faire pour - en effet, j'entends tellement souvent des histoires d'un allaitement qui "n'a pas marché" et j'ai la très forte impression que la plupart du temps ce n'était pas du tout la "faute" de la maman - car dans une grande majorité des cas l'allaitement fonctionne si l'accompagnement dont on a besoin est là. Aucune maman ne devrait se sentir en échec parce que le soutien nécessaire lui a fait défaut. 

Et si les circonstances sont moins que favorables, alors il y a des choses qui sont bonnes à savoir, des points d'appui pour pouvoir s'en sortir, même sans aucune aide extérieure.

Un premier message que je voudrais adresser à toutes les femmes concernées, c'est: ne vous laissez décourager par PERSONNE! J'ai tout entendu, de la famille qui trouve que c'est "dégoûtant" au mari "jaloux" aux personnes qui vous traitent de "vache laitière" (ridicule, puisque la vache elle aussi donne son lait à son bébé, à la base, rien de plus naturel)...dans une société de plus en plus sexualisée, on doit bientôt se défendre de voir les seins pour ce qu'ils sont à l'origine: une source de nourriture parfaitement adaptée au bébé, comme c'est le cas pour tous les mammifères.


Ensuite, n'écoutez pas les âneries sorties par certaines sages-femmes. Oui, ça m'attriste de le dire, mais c'est vrai: vous pourrez rencontrer des sages-femmes géniales au cours de votre séjour à la maternité, mais aussi beaucoup de contradictions entre ce que disent les unes et les autres...et aussi des bêtises. Dire à une maman qu'elle n'a "que quelques gouttes" au 2e, 3e jour de vie de bébé, que ce n'est pas assez et que donc il faut passer au biberon...c'est  inacceptable. Les tout premiers jours, ces quelques gouttes suffisent! Le bébé a l'estomac à la taille d'un petit pois au début. Il ne faut pas écouter, juste continuer à laisser son bébé téter...et ça finira par venir (sauf dans de rares cas où il y a un problème médical sérieux ou lorsqu'on a un bébé qui refuse le sein- ce qui peut aussi arriver) Il ne faut pas non plus laisser quelqu'un vous persuader d'essayer de tirer du lait pour voir combien de lait vous avez...car votre bébé arrive à faire sortir beaucoup plus de lait en tétant que tous les tire-lait réunis. Faites confiance à vous et à votre bébé, soyez patiente, bébé n'est pas en danger même si ça prend un peu de temps. On a sorti à ma maman "moi je ne laisserais pas mon bébé mourir" parce qu'elle a insisté jusqu'à ce que ça marche. 

Ensuite, si vous le trouvez difficile au début, la douleur, le rythme à prendre, les nuits courtes...sachez que tous vos efforts payeront après les premières semaines: ce sera tellement facile, vous mettrez bébé au sein sans réfléchir, vous ne sentirez plus rien, et vous serez bien contente d'être passée par les difficultés du début.

Je ne recommande d'ailleurs pas non plus de prévoir un biberon "au cas où", au début: vous risquez de craquer à la moindre difficulté, mais surtout cela vous met dans la mentalité "je vais essayer ce que ça donne" alors que c'est quelque chose qui marche tout naturellement dans la grande majorité des cas. Se dire "je VAIS allaiter" vous garantit le succès dans presque tous les cas.

Il faut savoir aussi que les premières semaines, bébé aura des phases où il boira des heures d'affilée. Ce sont des périodes de croissance/développement pendant lesquelles votre lait doit s'adapter aux nouveaux besoins du bébé...c'est normal, plus bébé tète, plus votre lait s'adaptera. ça ne veut en aucun cas dire que votre lait n'est pas assez riche, ou que vous n'avez pas assez etc. Votre  bébé tétera comme un fou 2-3 jours, et puis votre lait aura atteint un nouveau niveau (un peu comme dans les jeux vidéos!)

Aucune femme ne devrait être obligée à allaiter, mais pour celles qui le souhaitent, elles devraient pouvoir le faire sans qu'entourage, sages-femmes ou d'autres intervenants ne leur opposent des obstacles.  Et d'ailleurs, la durée de votre allaitement lui aussi ne regarde que vous!

Au moment où la naissance de mon deuxième bébé approche à grands pas et où je m'apprête à entreprendre une nouvelle fois la grande et merveilleuse aventure qu'est un allaitement, j'écris cet article autant pour moi-même que je l'écris pour vous: Tout comme toutes les mamans souhaitant allaiter, j'ai besoin d'encouragements, de soutien, de bienveillance. Et savoir qu'on est des milliers à vivre ensemble l'aventure est déjà une source de motivation incroyable.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez un petit mot, cela me fera bien plaisir!