dimanche 6 mars 2016

Ecrire comme je respire! Lettre d'amour à la langue française




Chère langue française,

Tu ne me connais pas, c’est normal - après tout, je ne suis qu’une de tes nombreuses admiratrices. Comme beaucoup d’entre nous, je te voue un véritable culte depuis un très jeune âge. Tu n’es pas ma langue maternelle, tu n’es même pas ma première langue étrangère. Etant née Luxembourgeoise, j’aurais pu grandir avec le ressentiment que nourrissent beaucoup de mes compatriotes à ton égard : celui de devoir parler la langue « des frontaliers » partout.

Il se trouve que j’ai été ravie. Longtemps, j’ai voulu être Française. Lorsque j’étais étudiante à Paris, j’étais souvent tentée de répondre par oui lorsqu’on me posait la question. Et ce n’était pas un patriotisme d’adoption, loin de là en fait : juste un amour fou pour une langue.

Le français, c’est toute ma vie. C’est les contes de Daudet, ma première lecture adulte à côté des romans pour petites filles. C’est la découverte de Marcel Proust, l’année de mon bac, un coup de foudre déclenché par Un amour de Swan. C’est le personnage d’Hermione dans la pièce Andromaque, c’est les Misérables et Eponine, ce sont tant et tant de romans qui m’enchantent, les Liaisons dangereuses¸ Manon Lescaut, Belle du Seigneur, Voyage au bout de la nuit et puis Le scaphandre et le papillon, ce texte contemporain qui est un magnifique hommage à la beauté des mots.  J’aime tes pièces de théâtre, Musset, Racine, tes héroïnes, Ondine, Antigone, et j’en passe. J’aime Montaigne et Camus, pour leurs pensées philosophiques et la manière dont ils les expriment.

Sans toi chère langue française, je ne serais pas grand-chose, tu vois. Sans toi, je n’aurais pas écrit des dizaines de petits textes au cours de ma vie, et je n’aurais pas participé à un concours de nouvelles et à un Printemps des poètes, sans toi, je n’aurais pas reçu, sur mon chemin, des encouragements par-ci, par-là, certes épars, mais assez motivants pour me pousser à avancer, malgré mes doutes et mon manque de confiance en moi.


Je suis entièrement dévouée à toi, chère langue française.

Oh, il y en aura sûrement qui prétendront que j’exagère : La langue doit servir d’outil de communication, point barre, dira-t-on. Bon serviteur et mauvais maître ? On en a marre de l’Académie ?  Vive l’émancipation, à bas le joug de la grammaire et de l’orthographe ? Hé bien moi, je l’admets,  je suis plutôt là pour servir la langue française. Asservissement à une langue ? Esclavage volontaire sous la domination des mots et de phrases ? Hé bien oui !

Je dois te l’avouer, je t’ai quand même fait quelques infidélités. J’aime trop les mots, les phrases, les livres…pour ne pas à un moment ou un autre tomber sous le charme d’autres langues. Pendant mes études de lettres, j’écrivais presqu’exclusivement en anglais, je m’en excuse. C’est une langue que j’affectionne, et je ne renierai jamais mon amour pour l’Angleterre et tout ce qui est british, et par extension toute la littérature de langue anglaise, à commencer par Shakespeare, en passant par Harper Lee, Oscar Wilde, Jane Austen et les sœurs Brontë et en aboutissant avec ravissement entre les belles phrases si bien tournées de Vladimir Nabokov. L’anglophilie me tient. Les anglicismes me plaisent. Et puis, pour les short stories, je dois bien avouer que le monde anglophone semble mieux maîtriser que toi cette forme littéraire que j’adore. Peut-être te prêtes-tu simplement mieux aux romans, à la poésie, qu’aux histoires courtes.

L’ironie du sort a d’ailleurs voulu que je privilégie, moi, le genre de la nouvelle, justement ; c’est celui que j’ai choisi, qui me réussit le mieux. Je fonctionne mieux par à-coups, les textes rédigés d’une traite, sur le coup d’une inspiration qui arrive après minuit.

Et puis, j’adore apprendre des nouvelles langues, l’italien, le tchèque… m’approprier des nouvelles structures lexicales, un vocabulaire tout neuf, apaise mon esprit, me fournit un certain sens de l’ordre dont mon cerveau a besoin, oui, j’AIME découvrir des nouvelles règles, j’AIME même faire des exercices.

Quoi qu’il en soit, je reviens toujours à toi, chère langue française, pour ton élégance, ton raffinement, même pour le snobisme avec lequel tu choisis ou dédaignes les néologismes à ta guise, j’aime même le côté inflexible de tes règles si rigoureuses et pourtant remplies de contradictions.

J’ai ressenti une connexion profonde, une connivence inexplicable avec toi depuis mon enfance.


Tu m’as fait un cadeau merveilleux, chère langue française. Tu m’as offert des mots pour exprimer mes joies et mes peines, pour créer, inventer, pour tirer de vécus sordides et peu palpitants des récits pouvant toucher autrui. Transformer le vécu en quelque chose de littéraire, tirer une histoire d’une anecdote, présenter ainsi comme dans un écrin grâce aux mots précieux un bout de vie vécue ou de vie imaginée, cela tient de la magie, pour moi.

Tu m’as mis entre les mains une baguette magique et quand je lis les grands auteurs, je suis en présence de très grands magiciens. Je n’ai pour ma part pas de grandes ambitions et ma petite plume est bien modeste, mais des rêves, j’en ai, et je compte moi aussi, dans mon petit coin, faire quelques petits tours de magie.

J’écris comme je respire-je ne pourrais imaginer ma vie sans l’écriture, ni sans toi, chère langue française.



  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez un petit mot, cela me fera bien plaisir!